Formation “Visa Trois en Un-Pronumérique” à Contres avec ALIRE et l’AFEC

ALIRE et l’AFEC organisent une session de formation “Visa Trois en Un – Pronumérique” du 04 mai 2020 au 18 juin 2020 à Contres.

Une réunion d ‘information collective est programmée le mardi 07 avril 2020 à 10h à l’Espace Jeunes – 8 rue de la gare 41700 CONTRES –

Renseignements et inscription :

ALIRE 02 54 42 59 55 ou contact@alireformation.fr

AFEC : 02 54 78 78 41 ou blois@afec.fr

Maison France Services de St Aignan : 02 54 75 42 63

Retrouvez toute l’offre de formation d’ALIRE sur www.alireformation.fr et sur

Retrouvez toute l’offre de formation de l’AFEC sur www.afec.fr et sur

Formation “Visa Trois en Un” à Romorantin avec le GRETA Val de Loire

Le GRETA Val de Loire organise, tout au long de l’année 2020, des sessions de formation “Visa Trois en Un – français, maths et sciences humaines” à Romorantin.

Cette formation de 80h se déroule dans les locaux du GRETA Val de Loire – Lycée Claude de France – 9 avenue de Paris 41200 ROMOARNTIN-LANTHENAY –

Renseignements et inscription : 02 54 88 80 20

Retrouvez toute l’offre de formation du GRETA Val de Loire sur www.greta-vdl.fr et sur

Formation Visas 3en1 à Blois avec l’AFEC

L’AFEC organise une session de formation Visas 3en1 à Blois.

Des réunions d’informations collectives sont programmées le mercredi 15 mai 2019 à 9h30 et le mardi 04 juin 2019 à 14h00 dans les locaux de l’AFEC – 11 rue du 19 mars 1962 – 41000 BLOIS –

thumbnail of fiche trois en un 19

Renseignements et inscription : Elisabeth et Pascale au 02 54 78 78 41 ou blois@afec.fr 

Retrouvez toute l’offre de formation de l’AFEC sur www.afec.fr et sur

Focus sur le Visa 3en1

Flexible, souple et adaptable : focus sur le Visa Trois en un (Français, Mathématiques, Sciences humaines)
“Avant impossible pour moi d’être seule pour réceptionner les marchandises ou pour préparer les commandes des clients. Aujourd’hui, j’en suis capable”. Ce témoignage de bénéficiaire souligne la pertinence du Visa Trois en un. Destiné à consolider les connaissances et compétences en français, mathématiques ou encore dans le domaine de l’apprendre à apprendre, ce Visa répond à des besoins variés.

La pertinence et la justesse des Visas Trois en un (Français, Mathématiques, Sciences humaines) ne sont plus à démontrer. D’année en année, cette action de formation gratuite aide de plus en plus de citoyens de la région Centre-Val de Loire à renforcer leurs connaissances et compétences en français, mathématiques, dans le domaine de l’apprendre à apprendre… Rénovée en 2017, pour être en cohérence avec le socle CLéA, ses objectifs sont multiples : aider à s’insérer dans la vie sociale et professionnelle, à retrouver un travail, à évoluer professionnellement, à entrer en formation qualifiante, etc. Pour preuve, en 2017, le taux de réalisation du Visa Trois en un a affiché une augmentation de près de 10 % par rapport à 2016. Première clé de son succès : le Visa Trois en un répond aux besoins d’une grande diversité d’apprenants. “Nous avons des personnes qui viennent pour une simple réactualisation de leurs connaissances et d’autres, très fragiles, pour apprendre à lire et écrire. Ces derniers ne sont parfois pas allés à l’école, témoigne Caroline Ferré, coordinatrice pédagogique de l’INSTEP 28. Nos parcours de formation peuvent donc durer de 80 heures à plus de 200 heures, cela dépend des besoins de la personne et de sa capacité d’apprentissage.” Samia Boumedjmadjene, conseillère en formation continue au Greta Berry confirme : “Le Visa Trois en un est suffisamment souple et adaptable pour répondre à des situations très différentes.”

“On peut connecter le Visa Trois en un avec énormément de thématiques”
Souple et adaptable, le Visa Trois en un l’est d’abord dans ses contenus : “Il permet d’aborder les fondamentaux dans le domaine des savoirs de base (les quatre opérations, la grammaire, la syntaxe…) mais aussi des contenus personnalisés” explique Stéphane Belotti, conseiller en formation continue au Greta Eure-et-Loir. Sabrina Louchard, animatrice de l’Espace Libres savoirs de Romorantin (ALIRE), approuve : “On peut connecter le Trois en un avec énormément de thématiques, c’est l’une de ses grandes forces.” Par exemple, Elodie a été orienté vers l’apprentissage de notions mathématiques utiles à son projet professionnel : devenir technicien d’usinage : “J’ai appris à factoriser des équations, la trigonométrie (angles, cosinus, sinus, etc.), à calculer des volumes, des dimensions réelles et réduites ou encore l’échelle d’un plan… Tout ça c’est important pour savoir déterminer la vitesse de coupe d’une machine ou bien la manière dont elle va creuser une pièce par exemple” détaille la femme de 45 ans aujourd’hui en CDI. Enfin, le Visa Trois en un est aussi “flexible dans sa temporalité, indique Samia Boumedjmadjene. On peut le mobiliser à n’importe quel moment du parcours d’un apprenant : avant, pendant ou après une formation qualifiante, entre deux contrats d’intérims ou même en situation d’emploi.”

Tous les organismes de formation sont du même avis : outre une remise à niveau, le Visa Trois en un permet aux apprenants d’être plus sûrs d’eux. Il les aide notamment à développer des compétences transversales telles que comprendre et suivre une consigne, repérer les règles en entreprise, chercher des ressources pour résoudre un problème… “Notre objectif est qu’ils mobilisent ce qu’ils ont appris avec nous pour être confiant et autonome dans leur vie de tous les jours” assure Caroline Ferré. Ses propos font écho au parcours de Selma. Employée dans une entreprise d’insertion (Le Jardin de Cocagne – 41) spécialisée dans le maraîchage, la jeune femme de 34 ans apprend à mieux lire et écrire grâce au Visa : “Je deviens de plus en plus autonome dans mon travail, se réjouit-elle. Avant, j’avais du mal à écrire, à lire mais aussi à compter… Impossible pour moi d’être seule pour réceptionner les marchandises ou pour préparer les commandes des clients. Aujourd’hui, j’en suis capable !”

Source : https://libres-savoirs.regioncentre.fr/uPortal/uPortal/espace/informations/article/4222

Les Visas dans la presse

“Proposer des Visas à Contres était une question d’égalité d’accès à la formation”

Amener les formations aux savoirs de base au plus près des bénéficiaires. C’est dans cette optique que les acteurs de l’insertion et de l’emploi du Loir-et-Cher et la Mission Locale ont proposé des Visas Trois en un et Pro numérique aux habitants de Contres. Une action de formation initiée en collaboration avec A.L.I.R.E et l’AFEC.

“C’est une première” assure Fabienne Hardouin, responsable du service territorial insertion de la Maison départementale de la cohésion sociale (MDCS) du Sud Loire. Cette première, c’est l’organisation de Visas Trois en un et Pro numérique sur le secteur rural de Contres(41). “Evidemment à Blois on peut faire des Visas, à Saint-Aignan également, mais à Contres il n’en y avait jamais eu poursuit Bernadette Mandard, responsable de la Maison de l’emploi de Saint-Aignan. Or, un certain nombre d’habitants du territoire – allocataires du RSA, jeunes suivis pas la Mission Locale, demandeurs d’emplois… – avaient de réels besoins de se remettre à niveau sur les compétences de base (lire, écrire, compter…), et/ou d’être formés à l’utilisation de l’outil informatique”. C’est à partir de ce constat que la MDCS du Sud Loire, le service d’insertion et de solution d’emploi du Conseil départemental, la Maison de l’Emploi de Saint-Aignan et la Mission Locale du Blaisois ont décidé d’organiser une action de formation à Contres. “Proposer des Visas facilement accessibles à ces personnes, généralement avec une mobilité limitée, c’était important : c’est une question d’égalité d’accès à la formation qui, ne l’oublions pas, permet d’améliorer l’insertion et de lutter contre les exclusions” souligne Fabienne Hardouin. Projet multi-partenarial, les sessions de formation ont été animées par A.L.I.R.E, pour les Trois en un, et l’AFEC 41 pour les Pro numérique ; le CRIA 41 s’est lui chargé de cerner au plus juste les besoins des stagiaires. La Communauté de communes Val de Cher-Controis a pour sa part mis à disposition des locaux et une salle informatique.

D’une durée de 120 heures, l’action de formation a eu lieu du 2 octobre au 15 décembre. L’organisation hebdomadaire s’est articulée en deux demi-journées d’informatique et en trois demi-journées de français et mathématiques. “Nous avons décidé de proposer les deux Visas en simultané pour éviter d’étaler la formation sur un temps trop long et perdre des apprenants en cours de route” indique Bernadette Mandard. “Cela a également permis d’utiliser l’outil informatique comme support à l’apprentissage du français pour certains ou pour la mise en pratique de formules mathématiques pour d’autres” complète Sabrina Louchard, animatrice de l’Espace Libres savoirs de Romorantin. Au programme des deux Visas : remise à niveau en français écrit et oral, création de CV,résolution de problèmes relevant des 4 opérations, utilisation des sites du service public (ameli.fr, CAF.fr, pole-emploi.fr, job41.fr…), protection et entretien d’un ordinateur, initiation aux logiciels de bureautiques… “Les sessions de formation se sont déroulées en groupe mais les formateurs se sont adaptés aux besoins de chacun, précise Sabrina Louchard. Les connaissances et compétences transmises étaient également transverses pour intéresser tous les apprenants quelque soit leurs ambitions.”

En tout, une dizaine de personnes ont suivi les deux Visas. Parmi elles, Maeva : “Les Visas sont une occasion en or pour mon projet professionnel” révèle la jeune controise de 25 ans. Orientée par la Mission Locale, elle souhaite suivre une formation du Greta de Blois pour devenir assistante administrative. “Le problème c’est que je n’avais aucune connaissance d’Excel et j’avais besoin d’une remise à niveau en mathématiques. Aujourd’hui, j’ai les bases suffisantes pour suivre une formation qualifiante.” Très soudé, le groupe d’apprenants souhaite poursuivre, ensemble, leur apprentissage. “On a décidé de continuer à se voir pour travailler”confirme Maeva. “Ils ont une cohésion de groupe qui va au-delà de la formation, c’est très positif, se réjouit Fabienne Hardouin. Ils ont même mis en place du covoiturage pour que les personnes sans véhicule puissent suivre des Visas à Saint-Aignan.”

source : https://libres-savoirs.regioncentre.fr/uPortal/uPortal/espace/informations/article/4190